Pabloemma, vous êtes poète camerounais et vous venez de recevoir d’EDILIVRE le 3ème prix du concours j’aime 2016. Dites nous quels ont été les critères de participations à ce concours ?

Il faut noter que pour participer à ce concours, il fallait tout d’abord avoir déjà publié un ouvrage littéraire qui devait, par la suite se présenter audit concours. Deuxièmement, inviter les gens à voter pour soit à partir d’un réseau social (dont le plus connu) afin d’avoir la chance de figurer parmi les 10 lauréats qui seront retenus.

Comment avez-vous été informé que vous étiez lauréat dudit concours ?

Les promoteurs de ce prix avaient prévenu à tous les participants qu’ils seraient informés des résultats du concours d’ici à un mois, ce qui fut fait. Alors, c’est par un mail reçu et mon nom d’auteur affiché en rend de troisième parmi les dix lauréats sur le site de cette maison d’éditions qui me donna la confirmation qu’effectivement j’étais lauréat.

Quelle a été votre réaction à cet instant précis ?

Il faut dire que par rapport à l’attribution de ce prix, je ne m’y attendais presque pas; car nous étions très nombreux, que rester optimiste par rapport à recevoir une récompense ne pouvait m’assujettir. Je me disais bien avant cela pouvoir donner le

meilleur de moi-même sans attendre obligatoirement quelque chose en retour. Dieu merci ce fut un privilège pour moi de le recevoir, je ne peux qu’en être satisfait.

Vous avez reçus près de 6500 J’aime avec votre livre « comment rencontrer l’âme sœur ». De quoi parlez-vous dans ce livre qui parait un essai ?

À propos du livre « comment rencontrer l’âme sœur » je ne peux pas dire que je suis un expert en la matière mais ce que j’ai fait c’est d’essayer de donner des astuces qui peuvent permettre aux uns et aux autres de pouvoir rencontrer l’être idéal pour une vie intime. Ce livre est un guide pratique écrit en français courant qui offre un savoir-faire en toute simplicité.

Aujourd’hui que ressentez vous en tant que premier camerounais à recevoir une telle reconnaissance ?

En tant que premier lauréat camerounais du « concours j’aime » Edilive je dirai que c’est un véritable bonheur pour moi, une récompense qui restera à tout jamais gravé dans mon cœur comme étant l’une des plus prestigieuses.

Pensez vous que cela apportera un plus à votre carrière d’écrivain ?

Bien évidemment ! Je pense que cela apportera un plus à ma carrière d’écrivain

notamment au niveau de la notoriété. Car il faut dire que nous étions plus d’une centaine en compétition pour l’avoir et donc je ne vois pas comment cela resterait sans importance pour le futur.

Avez-vous des projets littéraires en cours pour cette année ? Si oui lesquels ?

J’ai des projets d’écriture pour cette année, notamment l’apparition de mon nouveau livre qui devra bientôt être effectif. Par la suite, renouveler mon agenda spectacle comme je le faisais autrefois.

Ils sont nombreux les jeunes auteurs qui décrient la politique d’édition d’EDILIVRE. Pensez vous que ce prix constitue désormais une motivation pour ceux-ci ?

Ce prix serait une motivation pour les jeunes qui critiquent Edilivre car je suis sûr d’une chose ; c’est que tous, on a besoin d’un coup de pouce de quelque chose qui serait à notre avantage. Cela juste pour dire que ceux qui certainement auront à découvrir le jeune écrivain que je suis à travers ce prix ne voudront que se lancer eux aussi afin d’en bénéficier.

 

le clijec